poèmes

Vendredi 19 novembre 5 19 /11 /Nov 18:17

Mon petit papillon,

Si gentil, si mignon

Tu butines mon cœur

Et me rends mon bonheur

 papillons gifs animés

Tes ailes argentées

T’aident à t’envoler

Répandant le pollen

De tes pensées sans haine

 

Tu épouses l’Amour

Et tu lui fais la cour,

Poursuivi par le vent,

Tu fuis en essaimant.

 

L’espoir grandit  par Toi,

Tu as montré la voie

A ceux de ta patrie

Mon papillon joli.

 

Par fraginfo - Publié dans : poèmes - Communauté : Créations littéraires
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 19 novembre 5 19 /11 /Nov 18:50

Animal répugnant

 Clipart Gif vers terre boite

Je ne suis qu’un gros ver gluant et dégoûtant,

Je bave  de la terre quand je reviens à l’air.

Je suis toujours gluant, même parfois puant,

Le crapaud purulent qui vit dans les étangs

Apporte plus d’attrait lorsqu’il sort du marais.

Je n’ai pas d’intérêt, désuet j’apparais.

Les excréments humains ne sont pas plus malsains

Quand je suis dans vos mains, sous vos regards hautains.

Visqueux et ténébreux, personne ne me veut.

Je suis bien malheureux et ne suis guère chanceux.

Animaux farfelus, chevelus et touffus,

Accueillez un intrus, un ver de terre tout nu,

Vous la corporation des ennemis scorpions,

Sans nulle explication de mes lamentations.

 

 

 

Je ne suis qu’un gros ver gluant et dégoûtant,

Je bave  de la terre quand je reviens à l’air.

Je suis toujours gluant, même parfois puant,

Le crapaud purulent qui vit dans les étangs

Apporte plus d’attrait lorsqu’il sort du marais.

Je n’ai pas d’intérêt, désuet j’apparais.

Les excréments humains ne sont pas plus malsains

Quand je suis dans vos mains, sous vos regards hautains.

Visqueux et ténébreux, personne ne me veut.

Je suis bien malheureux et ne suis guère chanceux.

Animaux farfelus, chevelus et touffus,

Accueillez un intrus, un ver de terre tout nu,

Vous la corporation des ennemis scorpions,

Sans nulle explication de mes lamentations.

Par fraginfo - Publié dans : poèmes - Communauté : Créations littéraires
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 21 novembre 7 21 /11 /Nov 09:08

Le mille-pattes au plâtre

 

Le mille-pattes a un plâtre

Il ne peut plus se déplacer

Imaginez un mille-pattes

Avec neuf cent quatre-vingt dix-neuf pattes !

Si encore il pouvait

Utiliser une canne…

Mais sous laquelle de ses neuf cent quatre-vingt dix-neuf pattes

La ferait-il reposer ?

Le voilà tout bouleversé

Il est bien commotionné,

Car il a une réputation

Et risque la répudiation.

N’appartient pas au royaume des mille-pattes qui veut,

Et lorsqu’il lui manque une patte,

Il discrédite la corporation

Et cause beaucoup d’émotion.

Ils se réunissent en délégation

Et s’interrogent sur l’acceptation ;

Ils ne font pas dans la modération.

L’insecte clopinant devient un intrus,

De ses amis il n’en a plus.

Il pleure tout seul dans son coin

Et pleure tout seul de son manque de soins.

Il va cahin-caha au rythme de ses sanglots

Et s’éloigne avec ses clopins clopots.

 

 

Par fraginfo - Publié dans : poèmes - Communauté : Créations littéraires
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 24 novembre 3 24 /11 /Nov 21:47

Un koala bleuté joue du xylophone dans l’hémicycle

Un wallaby ventripotent et zen s’exerce au yoga

Un néophyte fait de la méditation dans la lumière

J’entends un géant tripoter la serrure avec du bruit

Un ovipare sombre dans la folie dans une cavalcade

Il me vient une pensée urgente d’amour dans une dune

L’envie de rire me prend soudain lorsque j’écris ce poème

 

Par fraginfo - Publié dans : poèmes - Communauté : Créations littéraires
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 26 novembre 5 26 /11 /Nov 11:52

A toi mon ami (e)...

Si l'envie de pleurer te prend,

Si ton coeur ne veut qu'écouter ses larmes,

Si tes entrailles saignent à foison

Si tes poings sont serrés sans raison,

Si tes tempes frappent à grands coups

Et tes veines claquent sur ton cou

Si le cafard s'empare de toi et t'angoisse,

Si tes paupières sous leurs clignements se froissent,

Alors, viens mon ami (e),

Laisse- moi te serrer contre moi,

Donne-moi ta main

Confie-moi ton coeur

Laisse-moi essuyer ta sueur

Laisse-moi t'étreindre,

Confie-moi ton chagrin,

Je saurai te guider,

J'essaierai de t'aider.

Suis mes pas

Suis ma voix

Et à mon tour,

Je suivrai ta route,

Je saurai te trouver,

Toi mon ami (e),

Car je sais au fond de moi qu'à ton tour

Toi aussi tu sauras m'écouter,

Parce que...

...tu es mon ami (e).

 

Par fraginfo - Publié dans : poèmes - Communauté : Créations littéraires
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Pages

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés